Histoires | Histoires

Les crises climatiques sont des crises humanitaires

Pourquoi l'action climatique est essentielle pour une aide efficace

Il n’y a plus de doute : le changement climatique constitue désormais notre plus grande menace.

Ses effets sont perceptibles dans notre travail. Les évènements météorologiques extrêmes sont de plus en plus fréquents, plus sévères et moins prévisibles. Outre les morts et les blessés, les catastrophes naturelles provoquent des inondations et des sécheresses. En conséquence, les cultures sont détruites, les réserves d’eau sont contaminées et les taux de famine et de maladies augmentent.

Sans oublier les effets indirects : les conflits causés par la rareté des ressources naturelles, poussent de plus en plus les populations à se déplacer ; les schémas pathologiques à travers le monde sont en train de changer ; l’instabilité économique accroît les taux de pauvreté ; et l’impact croissant des catastrophes successives transforme les crises à court terme en crises chroniques. Ce rapport de causalité est peut-être complexe mais il est indéniable que le changement climatique aggrave les facteurs existants de la pauvreté et de la souffrance. Ce sont les personnes les plus vulnérables qui sont les plus touchées et elles en subissent les conséquences.

En l’espace de dix ans, le nombre de personnes ayant besoin d’aide humanitaire a augmenté de 50 % et ce à cause du changement climatique. Ce nombre pourrait bien doubler d’ici 2050 si nous n’agissons pas immédiatement.

Depuis des années, Medair intervient au sein de crises causées par les effets du changement climatique. Nous aidons les communautés touchées à se reconstruire et à se préparer pour l’avenir en construisant des abris pouvant résister aux inondations ou aux typhons ou encore en installant un système d’alerte précoce pour les cyclones. En 2013, le Typhon Haiyan a détruit plus d’un million de maisons aux Philippines en laissant des millions de personnes sans abris. Aux Philippines les cyclones tropicaux extrêmes sont de plus en plus fréquents. Ceux-ci auraient une corrélation avec le changement climatique. Medair a aidé les communautés à reconstruire leurs abris de manière plus robuste et leur a expliqué les principes de réduction des risques en vue de limiter l’impact dévastateur des tempêtes futures.

En interne, nous encourageons une utilisation plus responsable des ressources, en adoptant des mesures pour réduire notre impact autant que possible. Nous plantons des arbres pour remplacer ceux qui ont été coupés et nous surveillons les niveaux de la nappe phréatique pour réduire le risque d’épuisement des eaux souterraines.

Cependant, nous pensons que nos efforts ne doivent pas s’arrêter là. Bien que sauver des vies soit notre priorité, notre engagement envers les personnes les plus vulnérables nous pousse également à prendre tous ces aspects-là en compte.

Une famille tout sourire devant leur nouvelle maison résistante aux tempêtes construite par Medair

Erica et sa famille ont perdu leur logement aux Philippines durant le Typhon Haiyan. Medair est la première organisation à utiliser cette méthode de reconstruction en respectant les principes de réduction des risques des catastrophes.

C’est pour cette raison que Medair a décidé de se joindre au nombre croissant de groupes signataires de la Charte Climat et Environnement pour les organisations humanitaires. La charte, lancée récemment, constitue la première étape pour responsabiliser les organisations d’aide sur leur impact environnemental.

Les organisations participantes acceptent de définir des objectifs, tels que mesurer et réduire leurs émissions, dédier des ressources pour mieux comprendre l’impact du changement climatique et collaborer avec des leaders locaux et d’autres agences d’aide pour partager leurs connaissances et ainsi trouver des solutions basées sur la nature. Nous nous efforcerons non seulement d’accroître nos efforts pour aider les personnes les plus touchées par la crise, mais nous intégrerons également une sensibilisation et une responsabilisation à l’environnement à tous les niveaux de nos opérations, de notre manière d’apporter de l’aide à la manière dont nous gérons nos bureaux.

C’est un enjeu de taille. Mais un objectif vital afin que nos efforts de secours soient autant efficaces sur le court que sur le long terme.

Les organisations humanitaires œuvrent déjà pour trouver des solutions au problème. Nous sommes également déterminés à trouver des solutions. Certes, nous ne sommes pas en mesure de résoudre ce problème seuls mais nous voulons montrer l’exemple.

La sécheresse provoque des déplacements en Somalie

En Somalie, le nombre de personnes ayant besoin d’aide urgente à cause de la sécheresse a augmenté de 35 % dans les premiers mois de 2022. On s’attend à une détérioration des conditions avant l’arrivée de la saison des pluies en avril.

 


Ce contenu a été produit à partir de ressources recueillies par le personnel de Medair sur le terrain et au siège. Les opinions exprimées dans ce document n’engagent que Medair et ne doivent en aucun cas être considérées comme reflétant l’opinion officielle de toute autre organisation.