EN EXCLUSIVITÉ | Histoires

Tous ensemble pour une meilleure communauté

La nutrition infantile au Yémen est pauvre et le taux de malnutrition très élevé chez les enfants de moins de 5 ans. La récente évaluation de la nutrition et de la sécurité alimentaire en situation d’urgence indique que les taux de malnutrition de tous les gouvernorats dépassent les seuils acceptables. À Al-Madaribah, dans le gouvernorat de Lahj, la précarité des conditions de vie est un facteur aggravant des taux élevés de malnutrition. En effet, cette communauté est l’une des plus pauvres au sud du Yémen.

Yasmin est l’une des 13 mères formées par l’équipe de nutrition et de santé Medair pour animer des ateliers de nutrition et d’allaitement auprès des femmes de la communauté d’Al-Madaribah, dans le gouvernorat de Lahj.

« Je m’appelle Yasmin. J’ai quatre enfants et je vis à Al-Madaribah. J’étais enseignante avant. Je mets mes connaissances à contribution pour éduquer les femmes de ma communauté. Je vois qu’elles souffrent et je fais du mieux que je peux pour les aider. C’est pour cette raison que j’ai décidé de rejoindre le groupe de soutien des mamans. Nous sommes un groupe de femmes et nous nous réunissions pour parler de la nutrition infantile. »

« Ces mères sont très ouvertes d’esprit et discutent sans tabou de tout entre-elles, » affirme Zahra, un membre du groupe de soutien. « C’est le cadre idéal pour aborder des sujets dont elles n’oseraient peut-être pas discuter ailleurs, étant donné que nous sommes une société conservatrice. »

L’objectif de ce groupe est de partager des connaissances et des compétences, et notamment en ce qui concerne la nutrition infantile. Nous menons ces activités sous la direction d’un chef de groupe formé à la santé des enfants.

Grâce à ces groupes de soutien, les mères et le personnel soignant discutent, s’informent, et découvrent les meilleures pratiques.

Wahi, Responsable du changement comportemental chez Medair, discute avec l’une des mères du groupe de soutien au sein duquel d’importants conseils sur la nutrition et l’allaitement sont partagés à Al-Madaribah, dans le gouvernorat de Lahj.

Le chef du groupe de soutien est sélectionné parmi les mères qui affichent des comportements positifs vis-à-vis de leurs enfants. Les groupes de soutien pour mamans abordent des thèmes tels que la santé et le bien-être des enfants, le développement économique, savoir lire et écrire, l’hygiène et autres sujets d’intérêt individuel.

Les membres du groupe peuvent aussi bénéficier de soutien émotionnel et d’informations utiles de manière interactive. « Nos actions ont contribué à transformer de manière positive la communauté car nous avons réussi à éduquer et sensibiliser les autres mères pour qu’elles-mêmes puissent partager leurs connaissances avec leurs amis et proches. Je remarque donc pas mal de changements au sein de la communauté, » explique Yasmin.

Les mères ont changé leurs pratiques parfois nocives, en s’inspirant des professionnels de santé de la communauté et en obtenant du soutien d’autres mères. Yasmin a remarqué une nette différence depuis le début du programme. « Les mères de la communauté ne se rendaient jamais à la clinique ou dans les hôpitaux pour accoucher, affirme-t-elle. Désormais, elles sont sensibilisées par les groupes de soutien. Résultat, le nombre d’enfants présentant des problèmes de santé a diminué. Les mères ont constaté ce changement, et du coup, la communauté nous soutient. Tout le monde est ravi de cette initiative. » Les mères ont pris connaissance de l’importance d’accoucher dans un établissement de soins prénataux.

Wahi, Responsable du changement comportemental chez Medair, et Magdalena, Responsable du financement du programme aux côtés de Yasmin, principale animatrice du groupe de soutien des mères au sein duquel d’importants conseils sur la nutrition et l’allaitement sont partagés à Al-Madaribah, dans le gouvernorat de Lahj.

En cours depuis maintenant six ans, le conflit au Yémen a gravement entamé les moyens de subsistance des Yéménites. Plus de 80 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. Plus de 50 % de la population a besoin d’assistance humanitaire urgente. 4 millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays.

Références : Aperçu des besoins humanitaires au Yémen (2021) : https://reliefweb.int/report/yemen/yemen-humanitarian-needs-overview-2021-february-2021-enar

 

 


Les services de Medair au Yémen sont financés par l’Agence suisse pour le développement et la collaboration, le Fonds humanitaire du Yémen – Yémen BCAH, World Vision, le Bureau d’assistance humanitaire (BHA/USAID) et de donateurs privés.

Ce contenu a été produit à partir de ressources recueillies par le personnel de Medair sur le terrain et au siège social. Les opinions exprimées dans ce document n’engagent que Medair et ne doivent en aucun cas être considérées comme reflétant l’opinion officielle de toute autre organisation.