EN EXCLUSIVITÉ | Histoires

Un esprit intact : aménager l’appartement d’une personne handicapée

Fournir une assistance sur mesure à celles et ceux qui ont des besoins spécifiques, et qui vivent dans des bâtiments insalubres, afin d'améliorer leur qualité de vie.

Une personne ayant des besoins spécifiques à l'entrée de son domicile.

Nizar, un membre de la communauté libanaise âgé de 45 ans et une personne ayant des besoins spécifiques, chez lui dans un bâtiment insalubre à Majdal Anjar dans la vallée de la Bekaa, le 14 novembre 2023. ©Medair/Abdul Dennaoui

« Même si j’ai la chance d’avoir à mes côtés ma femme, qui est aussi mon aide-soignante, je préfère ne pas être trop dépendant des autres. Plus je suis mobile et indépendant, plus je suis heureux », déclare Nizar.

Au cœur de Majdal Anjar, dans la vallée de la Bekaa, j’ai rencontré Nikar, un homme courageux et résilient de 45 ans. Membre de la communauté libanaise, Nizar a des besoins spécifiques liés à son handicap. La vie a toujours été extrêmement difficile pour lui. Depuis son plus jeune âge, Nizar est privé de la vue et, en grandissant, il a dû faire face à de nombreux problèmes de santé et de mobilité. Malgré les défis posés par ses handicaps et la crise socio-économique qui sévit au Liban, Nizar fait preuve d’un esprit généreux et d’un caractère authentique.

Des sols inégaux dans un logement insalubre.

Le 14 novembre 2023, Wadih, l’assistant de Medair chargé des abris, met en évidence la surface inégale de la maison d’un ménage libanais comprenant une personne à besoins spécifiques (PwSN) vivant dans un bâtiment insalubre à Majdal Anjar, dans la vallée de la Bekaa.   La pose de carreaux vise à créer une surface homogène sur l’ensemble du sol de la maison familiale, améliorant ainsi l’accessibilité pour la mobilité de la personne ayant des besoins spécifiques (PwSN). ©Medair/Abdul Dennaoui

Nizar habite dans un immeuble insalubre ce qui ne facilite pas son quotidien. L’environnement dans lequel il vit est malheureusement inadapté à ses besoins. Cette inadéquation entre la nature des logements insalubres et les besoins particuliers des personnes handicapées crée un environnement qui n’est pas propice à leur bien-être et les expose au quotidien à des défis croissants.

« Au fil des années, j’ai dû faire face à de nombreux problèmes de santé et à des restrictions physiques. Mais le défi le plus important de tous est de me déplacer dans ma propre maison », déclare-t-il en riant. « Il est tellement difficile de se déplacer dans mon état. C’est physiquement très fatigant et cela me demande un effort excessif à cause des inégalités du sol et de la détérioration des surfaces environnantes. Je me réveille presque tous les jours avec le corps endolori et des douleurs dans les articulations. Cela entrave ma mobilité et mon indépendance, laquelle m’est pourtant si précieuse. Des tâches simples, comme aller aux toilettes ou à la cuisine pour boire de l’eau, deviennent très difficiles à exécuter, et le manque d’accessibilité nuit à mon bien-être. Je suis quelqu’un de déterminé, et lorsque j’ai l’intention de réaliser quelque chose, je le fais sans me soucier des difficultés. Bien que j’aie la chance d’avoir à mes côtés ma femme, qui est aussi mon aide-soignante, je préfère ne pas être trop dépendant des autres. Plus je suis mobile et indépendant, plus je suis heureux ».

 

Un travailleur humanitaire surveille le travail des entrepreneurs dans un bâtiment insalubre.

Wadih, assistant de Medair chargé des abris, inspecte le travail des entrepreneurs lors de la pose de tuiles dans la maison d’un ménage libanais comprenant une personne à besoins spécifiques (PwSN) vivant dans un bâtiment insalubre à Majdal Anjar dans la vallée de la Bekaa, le 14 novembre 2023.   La pose de carreaux a pour but de créer une surface homogène pour le revêtement de sol de la maison familiale, améliorant ainsi l’accessibilité pour la mobilité de la personne ayant des besoins spécifiques (PwSN). ©Medair/Abdul Dennaoui

 

Alors que l’équipe de Medair inspecte méticuleusement les carreaux en cours de pose, l’impatience est palpable. L’équipe du refuge a consacré ses efforts à la rénovation essentielle de la maison de Nizar. Les sols irréguliers gênaient Nizar dans ses déplacements. L’installation de carreaux permet désormais d’obtenir une surface lisse et régulière, ce qui lui permet de se déplacer librement chez lui, sans forcer ses articulations. Cette réhabilitation de son appartement promet non seulement un espace de vie sécurisé pour le ménage libanais, mais elle symbolise également un changement profond dans la vie de Nizar, lui offrant une liberté et une dignité retrouvées dans les murs familiers qu’il appelle sa maison.

 


Les services Medair dans la vallée de la Bekaa, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et de généreux donateurs privés.

Ce contenu a été produit à partir de ressources recueillies par le personnel de Medair sur le terrain et au siège. Les opinions exprimées ici n’engagent que Medair et ne doivent en aucun cas être considérées comme reflétant l’opinion officielle d’une autre organisation.