Histoires | Histoires

L’espoir se profile : retour au Soudan

En 2012, Medair quittait le Soudan, et clôturait le bureau de Khartoum.

Pendant douze ans, Medair est intervenue auprès des familles soudanaises victimes de décennies de conflits. Mais le Soudan est resté dans nos cœurs pendant longtemps, comme à chaque fois que nous quittons un pays.

 

Un retour au Soudan

En février 2020, nous y sommes retournés. Huit ans après la clôture, voilà qu’une équipe de Medair réactive sa présence au Soudan pour venir en aide aux communautés affectées par l’urgence climatique et par les effets sur le long-terme des conflits. Les besoins humanitaires sont extrêmement élevés : l’inflation des denrées alimentaires, l’absence de structures de santé, et l’accès limité à l’eau et à l’assainissement contribuent à l’augmentation d’un taux de malnutrition alarmant[1]. Tandis que les produits de base comme l’essence et le pain viennent à manquer, les taux d’inflation empêchent les familles de subvenir à leurs besoins.[2] Sans parler des effets de la pandémie.

Nous avons focalisé notre première intervention sur l’installation de stations de lavage des mains dans un centre de santé situé au sein d’un campement informel en dehors de Khartoum, ainsi que sur la distribution d’équipements de protection individuelle aux employés du centre de santé. Le but étant de limiter la transmission de la Covid-19. En parallèle, nous avons distribué des articles d’hygiène à la population accompagnés de messages clés sur les moyens de prévention. « Les membres de la communauté parlent de notre action entre eux, et à chaque fois qu’ils savent que nous allons prendre la parole, ils viennent nous entendre, » raconte Nasraldeen, promoteur de santé au sein de la communauté. « Ils veulent vraiment en savoir davantage, surtout comment éviter la maladie et comment protéger leurs familles. »

Le projet se déroulait comme prévu, jusqu’à ce que se produise la crise du Tigré.

Ces réfugiés, qui ont fui les conflits dans la zone du Tigré en Éthiopie, arrivent sur les berges de la rivière Tekeze à la frontière entre le Soudan et l’Éthiopie, dans le village de Hamdayet, le 1er  décembre 2020. © AP Photo/Nariman El-Mofty

La crise du Tigré

En novembre 2020, des conflits entre les forces fédérales et régionales ont éclaté dans la région du Tigré, au nord de l’Éthiopie, forçant des milliers de familles à prendre la fuite. En quête de sûreté, plus de 52 000 familles ont traversé la frontière du Soudan, parfois à pied, parfois en tracteur ou en bateau pour traverser la rivière séparant le Soudan de l’Éthiopie.[3] Les seuls points de passage ouverts sont situés sur des chemins de sable ou des routes non pavées, qui deviendront inaccessibles pendant la saison des pluies.

 

Ces familles ont quitté leur domicile dans la précipitation, sans rien. Les organisations locales, actives dans la région, font de leur mieux pour recueillir des articles de première nécessité comme les couvertures et les matelas ; mais la quantité de réfugiés qui arrivent dépasse de loin le nombre d’articles disponibles. L’eau potable, les soins de santé, les abris et les articles de première nécessité manquent cruellement. [4] Près de la moitié des personnes qui ont traversé la frontière sont des enfants.[5]

 

Medair connait bien ce genre de crise. Nous nous sommes spécialisés, depuis des années, dans l’aide humanitaire rapide adaptée aux besoins des familles touchées par les conflits, dans les pays comme l’Irak, le Soudan du Sud, la République démocratique du Congo et le Bangladesh. Nous comptons parmi notre équipe au Soudan des spécialistes de la santé, de l’eau potable et de l’hygiène. Dès que l’accès aux populations affectées par cette crise sera ouvert, nous interviendrons, car c’est là notre expertise et notre raison d’être. 

 

 À l’horizon, un espoir qui se profile

C’est une formidable équipe composée d’expatriés et de personnel local qui met en œuvre cette expertise. Certains avaient déjà travaillé avec Medair par le passé et étaient ravis de rejoindre la nouvelle équipe.

Pour lancer un programme en pleine pandémie et dans un contexte de confinement, avec toutes les restrictions et les défis que cela représente, il faut être déterminé. Nous le sommes ! Nous sommes déterminés à venir en aide à ceux qui en ont le plus besoin, à continuer de travailler dans un contexte de pandémie malgré tous les risques que cela représente, à œuvrer pour l’amélioration du quotidien de milliers de personnes qui subissent les effets dévastateurs des conflits.

Nous sommes bien positionnés pour intervenir. Malgré tous les défis auxquels le Soudan est confronté, le pays, qui accueille des milliers de réfugiés, a le potentiel de s’en sortir et d’engager un changement positif afin d’assurer un meilleur avenir pour les générations futures. Malgré les besoins grandissants, le Soudan est aujourd’hui à même d’entamer le chemin de la reconstruction, et à terme, celui de la paix. 

L’espoir demeure. Et nous ne partirons pas tant que nous n’avons pas fait notre maximum.

 

[1] OCHA Africa Under Water: Heightened Mega Crisis, 25 septembre 2020

[2] Plan de réponse humanitaire, Soudan (page 12) 12 janvier 2020

[3] Rapport de situation, Soudan. OCHA, 3 décembre 2020.

[4] Inter-Agency Rapid Needs Assessment (évaluation rapide des besoins inter-agences), 18 novembre 2020.

[5] Ethiopia Situation – Daily News Arrivals Update. UNHCR, 30 novembre 2020.


Les actions de Medair au Soudan sont financées par de généreux donateurs privés.

Ce contenu a été élaboré à partir de ressources recueillies par le personnel de Medair sur le terrain et au siège. Les points de vue qui y sont exprimés n’engagent que Medair et ne reflètent en aucun cas l’opinion officielle d’autres organisations.