Histoires

Survivre à Ebola au Congo : « Si j’ai survécu, toi aussi tu le peux ! »

« Je sais qu’Ebola et le Covid-19 sont deux virus différents, mais les deux sont mortels et les deux sont source d’angoisse et de peur partout où ils sévissent.

Alors que l’attention internationale est tournée vers la crise du coronavirus, Freddie, rescapé du virus Ebola au Congo, encourage les personnes atteintes du coronavirus à ne pas perdre espoir.

« Je sais qu’Ebola et le Covid-19 sont deux virus différents, mais les deux sont mortels et les deux sont source d’angoisse et de peur partout où ils sévissent.

Mon fils est mort, emporté par Ebola.

Il était devenu très malade. Il vomissait et souffrait de diarrhées sévères.

Quand nous l’avons enfin persuadé de se faire soigner, il était déjà trop tard.

Quelques jours après, il est décédé.

Peu de jours après son enterrement, j’ai commencé à présenter les mêmes symptômes que lui. Je n’ai pas perdu de temps, je suis tout de suite allé consulter. Le test de dépistage a montré que j’avais contracté Ebola.

Au centre de traitement, je luttais chaque jour contre la maladie et la peur. Je craignais de mourir comme mon fils. J’avais beaucoup de mal à garder espoir dans ce contexte.

Je pensais vraiment que c’était la fin, mais je savais qu’il fallait me battre pour ma famille, pour mes dix enfants qui comptent sur moi.

Lorsque j’ai commencé à aller mieux, je me suis promis que dès que je serai rétabli, j’allais faire tout mon possible pour sauver des vies.

J’ai quitté le centre de traitement, guéri, quelques semaines plus tard. Je suis rentré et j’ai rejoint d’autres survivants pour qu’ensemble on dissipe les peurs et mette fin aux fausses rumeurs qui circulent sur Ebola.

Nous nous rendons dans les villages pour expliquer aux gens ce qu’est Ebola et ce qu’ils peuvent faire pour éviter de propager le virus. Il est très important qu’ils comprennent que le virus reste dans le corps d’une personne contaminée jusqu’à un an après son infection.

J’aime ce que je fais. C’est un privilège d’aider les personnes infectées ou potentiellement infectées et de réconforter les familles qui ont perdu un être cher à cause du virus.

Savoir qu’on a dans le corps un virus qui peut nous tuer est difficile à accepter ! Je le sais parce que je l’ai vécu. J’ai souffert, mais j’ai été traité et j’ai guéri. Vous aussi vous pouvez guérir ! » Freddie, 47 ans.

______________________

Freddie fait partie des 1 160 survivants en R. D. Congo. Au 30 mars 2020, l’OMS avait enregistré dans le pays 3 453 cas et 2 264 décès, le fils de Freddie étant l’un deux.

***

En République démocratique du Congo, Medair lutte contre l’épidémie d’Ebola, en partenariat avec le gouvernement et les organisations humanitaires, et travaille main dans la main avec les communautés pour mettre fin aux fausses rumeurs et déployer des mesures de prévention et de contrôle des infections. L’ONG offre aussi de services de santé primaire ainsi qu’un accès à l’eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement.

Ce projet est financé par l’Agence des États-Unis pour le développement international.