Népal : Ils grandissent si vite

Subash, 16 ans, a dû apprendre à grandir très vite dans les montagnes du Népal. Il a perdu son père, alors qu’il n’avait que trois ans. Lorsqu’il avait 12 ans, sa mère a épousé un autre homme en cachette avant de les abandonner, lui et son jeune frère.

Subash, 16 ans, a dû apprendre à grandir très vite dans les montagnes du Népal. Il a perdu son père, alors qu’il n’avait que trois ans. Lorsqu’il avait 12 ans, sa mère a épousé un autre homme en cachette avant de les abandonner, lui et son jeune frère.

Deux ans plus tard, Subash était en pleine récolte lorsque la terre et les arbres se sont mis à trembler. Le séisme a détruit les maisons et remplit l’air de poussière. Il a fui les champs, où il travaillait, pour découvrir que sa maison était en ruines.

Subash a perdu espoir. Il a emménagé dans la maison de son oncle avec son frère, mais il ignorait comment il parviendrait à reconstruire sa maison ou ce que l’avenir lui réserverait. Il a continué à aller à l’école, à obtenir de bonnes notes et à travailler dans les champs avec son oncle. Cependant, lui et son frère rêvaient d’avoir leur propre maison sûre.


Au Népal, Medair et CDS, une ONG locale, soutiennent les groupes de familles qui travaillent ensemble pour reconstruire leurs maisons avec l’aide de maçons formés aux techniques de construction parasismiques. Lorsque nos équipes ont fait la connaissance de Subash, nous l’avons aidé à intégrer un groupe et fourni le soutien technique et financier nécessaire pour reconstruire sa maison. Après avoir reçu une subvention de Medair, Subash a commencé à reconstruire sa maison. Il aide les maçons autant que possible, et va chercher de l’eau et la transporte jusqu’au site dans une brouette. « Merci à Medair et à CDS, je sais que je construis une maison sûre ! »

Subash espère bientôt achever la construction de leur nouvelle maison et trouver ensuite un emploi dans la police ou l’armée. « Cette maison sera un cadeau pour moi et mon frère, » affirme Subash. « Je dépends des autres pour l’instant, mais j’aimerais gagner ma vie et m’occuper de mon frère. Ce sont mes deux priorités dans la vie. »


Merci ! Vos dons mensuels rendent possible ce type de projets de reconstruction d’urgence. Rejoignez-nous ici.

Le travail de Medair au Népal est rendu possible grâce à vous, nos généreux donateurs, ainsi que grâce au soutien de Chaîne du Bonheur, de Woord en Daad (NL) et de All We Can (Royaume-Uni).

Ce contenu a été élaboré à partir de ressources recueillies par le personnel de Medair sur le terrain et au siège. Les points de vue qui y sont exprimés n’engagent que Medair et ne reflètent en aucun cas l’opinion officielle d’autres organisations.