Bangladesh : Réfugié à 84 ans

Arafa et Jafor sont mariés depuis 44 ans. Ils appartiennent au peuple Rohingya originaire du sud du Myanmar et ont été contraints de fuir leur pays en septembre dernier.

Arafa et Jafor sont mariés depuis 44 ans.  Ils appartiennent au peuple Rohingya originaire du sud du Myanmar et ont été contraints de fuir leur pays en septembre dernier.

Jafor a 84 ans. Il est rare de rencontrer quelqu’un d’aussi âgé dans cette région du monde, encore moins un réfugié. Les conditions de vie difficiles ont raccourci l’espérance de vie, qui atteint rarement 64 ans.

En comparaison, sa femme, Arafa, a « seulement 69 ans ». Elle prend soin de lui et dépend de l’aide du maji—le chef de quartier—et de la gentillesse de leurs voisins. Nous les avons rencontrés au Bangladesh ; leur abri était en très mauvais état. Les bâches étaient trouées et leur toit était si bas qu’ils ne pouvaient que s’accroupir à l’intérieur. Ils dormaient sur un morceau de plastique sale à même le sol.


Pendant la dernière mousson, leur abri a été inondé à cause des pluies. « Nous n’avions aucun moyen de conserver un abri sec, » raconte Arafa. « Chaque fois que la pluie arrivait, le sol se changeait en boue. En ce moment, c’est le début de la mousson et les gens disent qu’un cyclone pourrait nous frapper. J’ai très peur ! »

Medair et World Concern ont fourni à 5 000 familles des kits abri améliorés pour les aider à se mettre à l’abri à l’heure où ils se préparent à affronter les pluies et les vents de la mousson imminente. Jafor et Arafa ont reçu l’un de ces kits abri, mais ils n’avaient pas la force nécessaire pour réaliser les améliorations eux-mêmes.

Le maji du quartier où ils vivent nous a contactés pour nous informer de leur situation. Mimz, le chef de projet abri de Medair, a embauché un charpentier local pour reconstruire leur abri et ceux des autres familles qui ne sont pas en mesure de le faire elles-mêmes.


Le charpentier a préparé une nouvelle parcelle, en la surélevant avec de la terre compactée, et a creusé des gouttières autour de l’abri pour éviter qu’il soit inondé. Il a enfoncé les poutres de fondation profondément dans le sol et a ajouté des contreventements diagonaux pour que leur abri résiste au vent.

« Nous sommes reconnaissants que vous soyez venus nous aider, » confie Arafa. « Sans notre fils ici, notre seule option était de prier et d’attendre que des personnes bienveillantes nous viennent en aide. »


Medair continue de surveiller les régions où nous avons distribué des kits abri améliorés avec World Concern afin de s’assurer que chaque famille est en mesure de renforcer son propre abri. Dans le cas contraire, nous sommes là pour les aider.

Vos dons aident à sauver des vies et redonnent espoir aux personnes en situation d’urgence. Rejoignez-nous ici : donner.medair.org

Le travail de Medair au Bangladesh est rendu possible grâce au soutien de la Chaîne du Bonheur, de Transform Aid (AU), de World Concern, ainsi que grâce à la générosité de nos donateurs privés.

Ce contenu a été élaboré à partir de ressources recueillies par le personnel de Medair sur le terrain et au siège. Les points de vue qui y sont exprimés n’engagent que Medair et ne reflètent en aucun cas l’opinion officielle d’autres organisations.